Comment bien travailler les sons dans les enregistrements de studio

Voici une courte introduction aux approches fondamentales et techniques pour la prise de son et l’enregistrement de plusieurs aspects de la batterie.
De nombreux aspects différents affectent le son d’un mix de batterie, en commençant par le joueur. De différentes peaux, des coquillages, du type de bâtons, le coup de tambour du batteur influencent le son.

Bien commencez à la source

En principe, pour avoir un bon enregistrement de tout instrument acoustique, il y a du bon son à la source. Ceci étant très évident, il est étonnant de voir combien des bandes d’orchestres chargent et se mettent en place dans le studio comme si ils font un concert en direct, donnant le fait qu’il n’y aura pas de bruit de la foule ou de l’excitation pour masquer un coup de pied grinçante du pédale de tambour.
Commencez par jouer debout dans la salle et à l’écoute. Si les fûts de tambour ne sonnent pas bien, pour commencer, il faut fixer le mix. Accordez la hauteur de chaque tambour avec la chanson. Serrer bien les cliquetis de matériel, lubrifier les pédales qui grincent et remplacer les têtes mortes à consonance. Retrouvez votre sono en suivant ce lien !

Écouter dans la chambre si on ne travaille pas au studio

Si on enregistre dans une maison ou dans un environnement non-studio, on aura probablement besoin de travailler avec l’espace. La plupart des chambres dans une maison ont des parois parallèles, les planchers et les plafonds, qui tendent à atténuer certaines fréquences et d’accentuer d’autres. Expérimenter avec le placement des tambours dans la salle jusqu’à ce qu’on trouve une position qui génère une résonance minimale. Utilisez des tapis, des étagères et des meubles pour amortir l’espace et de briser réflexions.

Combien de micros à utiliser et où les mettre

Une fois le kit sonne bien dans la chambre, on peut commencer à mettre des micros sur elle. Combien utiliser de micro dépend de ce que l’on veut. Beaucoup de pistes classiques du rock ont été coupés avec juste une paire stéréo sur les tambours, mais des micros individuels sur différents tambours donneront beaucoup plus de contrôle sur le mélange.

texte andry 2

En général, on utilise deux micros sur le coup et deux sur la caisse claire, un sur chaque tom et l’autre sur le chapeau, une paire de frais généraux, et deux ou trois micros ambiantes. Voilà plus de 12 ou 13 pistes, mais ça vaut le coup. La flexibilité apporte un peu des micros ambiantes, ou de jouer avec deux sons différents sur le coup, on ouvre un monde de possibilités plus tard.

Choisir le bon emplacement de micro

Ne pas avoir peur d’expérimenter avec le placement ou avec de différents micros. Le déplacement ou le basculement de même le légèrement de micro peut considérablement influencer le son qu’on entend.
Commencez avec le micro pointé sur le centre de la tête de tambour, visant où le batteur doit être frappé la peau. Si on trouve que l’on obtient trop de l’impact et de la tonalité ne suffit pas, essayez de viser le micro en légère baisse à juste en face de l’endroit des coups de bâton.texte andry 1

 

Un des dangers de l’utilisation de tout un tas de micros si proches les uns des autres est le risque d’annulation de phase entre deux d’entre eux. Le problèmes le plus courant est tendance à être entre le haut et bas de  caisse claire et le micros. Rechercher des problèmes de phase par deux micros en solo en changeant la phase d’un. Si le son est nettement plus mince, les micros sont déphasés. Répétez cette opération avec d’autres paires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Posted by: admin on